Bientôt des lignes régulières de covoiturage en temps réel ?

Le covoiturage est une activité bien connue qui consiste à partager sa voiture lors de trajets communs pour faire des économies d’une part et pour diminuer l’impact de pollution sur l’environnement d’autre part. Ce mode d’échange existe depuis des années et se développe régulièrement mais sans vraiment changer nos habitudes de déplacement. Il faut dire qu’au-delà de l’intention qui est louable, voire nécessaire à moyen terme pour notre planète, la réalité d’un covoiturage généralisé paraît encore loin.

Parmi les freins il y a la nécessité de prévoir à l’avance le trajet qu’on souhaite faire et de le faire connaître au partage avec un minimum d’engagements à respecter les conditions de voyage présentées.
 
Les applications de covoiturage se multiplient et proposent avec plus ou moins de facilité de s’inscrire (comme pour un réseau social) afin de proposer ou de demander un trajet, puis de mettre en relation l’offre et la demande. Deux types de trajets peuvent être proposés : des trajets ponctuels ou des trajets récurrents. L’inscription est importante, car elle permet de donner à chacun suffisamment d’informations sur les personnes et le véhicule ainsi que de partager les avis des utilisateurs, gage en particulier de sécurité.
 
Quand on fait un trajet quotidien toujours, ou presque, à la même heure, on se rend vite compte que les personnes qui sont autour de nous sont en grande partie les mêmes chaque jour. Tant dans les autres véhicules que les piétons ou les usagers des lignes de bus. Et je me suis souvent dit que j’aurais pu proposer à certains de les emmener, une fois de temps en temps, ou même tous les jours. D’un autre côté, je n’ai pas envie d’ouvrir ma voiture à n’importe qui, ni de proposer d’emmener des gens alors qu’il peut y avoir des changements dans mes habitudes (pas de trajet certains jours ou simplement des changements d’horaires). D’où l’idée qui suit.
 
L’association de la géolocalisation et de l’appartenance au réseau social de covoiturage permet d’imaginer un fonctionnement différent tout en gardant le principe de faire le lien entre un demandeur et un offreur sur un trajet, mais en s’affranchissant de la difficulté d’un accord préalable pour un trajet donné à un horaire fixe convenu à l’avance. Ce mode de fonctionnement serait particulièrement adapté pour des petits trajets quotidiens de la même façon que les lignes de bus actuelles. D’où l’idée de lignes régulières de covoiturage en temps réel.
Dans ce mode de fonctionnement, chaque utilisateur (demandeur ou offreur) doit être inscrit et décliner un certain nombre d’informations comme c’est le cas aujourd’hui. Les offreurs déclarent un ou plusieurs trajets habituels qu’ils enregistrent , ainsi qu’une capacité de transport (passagers et bagages). Quand son trajet démarre, l’offreur a la possibilité de le déclarer ouvert ou non. S’il est ouvert au covoiturage, c’est la géolocalisation qui déduit les possibilités de voyages pour des demandeurs éventuels ainsi que les horaires de passage estimés. Les demandeurs déclarent le voyage qu’ils souhaitent faire avec leur position de départ et leur lieu d’arrivée et c’est le système qui leur indiquera qu’un véhicule est en approche et peut leur permettre de faire tout ou partie de leur trajet. Si le demandeur accepte l’offre, l’offreur est immédiatement prévenu de la demande et de la position géographique du demandeur. Il est en mesure de confirmer ou non la disponibilité. Lors de son passage, il sera averti de la présence du demandeur qui pourra monter dans le véhicule. Un lecteur NFC sur le véhicule peut venir compléter le dispositif pour le rendre plus facile et plus sûr afin de valider l’identité du demandeur avant qu’il ne monte. D’autre part, un système d’abonnement à un trajet peut permettre de faciliter l’accès au trajet pour des demandeurs et offreurs réguliers qui ont déjà été en relation. Cela permet au demandeur de simplement vérifier « l’ouverture » du trajet et surtout l’heure de passage de l’offreur un jour donné.
De cette façon là, et avec d’autres améliorations certainement, le covoiturage pourrait se développer et permettre de remplir les véhicules vides et de soulager certains transports en commun. Ce mode de fonctionnement peut également se substituer à l’auto-stop : plutôt que de tendre le pouce et d’espérer qu’une voiture s’arrêtera (chacun ne sachant pas s’il doit monter ou s’il doit prendre l’auto-stoppeur) il suffit de regarder sur son mobile si un véhicule « ouvert » est à l’approche, et pour l’automobiliste de vérifier l’identité de son auto-stoppeur.
 
Avant de publier cet article, je me suis dit que j’allais recenser les société de covoiturage pour le leur envoyer. Et dans les sociétés trouvées, j’ai identifié Covivo (http://www.covivo.eu) qui propose justement du covoiturage en temps réel… J’en ai rêvé, Covivo l’a déjà fait !!
Publicités

A propos fducrot

Partner at Sopra Steria Consulting
Cet article, publié dans Smartphone, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Bientôt des lignes régulières de covoiturage en temps réel ?

  1. julie dit :

    Merci beaucoup pour cet article, et tant mieux si vous pensez que Covivo est adapté aux besoins actuels en terme de covoiturage !
    A très bientôt sur la route !
    Julie, de Covivo

    • fducrot dit :

      Bonjour,

      Je pense que le côte dynamique temps réel est effectivement une vraie force et qu’il est bien plus adapté aux besoins des voyageurs.

      Bonne journée,

      François DUCROT

  2. Elisabeth LEFEVRE-REMY dit :

    Le projet SYSMO Mobilité 2015 a été lancé en octobre 2012 pour répondre aux enjeux de mobilité « dyanmique »; accompagné par l’ADEME dans le cadre du Programme Véhicule du futur des Investissements d’Avenir, ce projet d’une durée de 3 ans est coordonné par la RATP.
    Pour le voyageur, SYSMO 2015 a pour objectif de fournir en temps réel une réponse optimale et personnalisée à la question « Comment aller du point A au point B ». La réponse associera toutes les offres de transport en répondant aux préférences de l’utilisateur : transports en commun classiques, covoiturage, autopartage, en complémentarité avec la voiture individuelle.
    L’objectif est de développer de nouvelles formes de mobilité en les faisant connaître, grâce notamment à un calculateur d’itinéraire multimodal en temps réel de type « centrale de gestion
    des déplacements »; celui-ci sera capable d’intégrer l’ensemble des modes de déplacement et
    d’inciter aux solutions d’itinéraire privilégiant les modes « alternatifs » ainsi qu’une large palette de services liés, comme la mise à disposition/réservation d’un vélo ou d’une voiture en libre service à la station ou d’une place dans un parking relais.
    Les sites de démonstration retenus pour ce projet se situent dans les territoires de l’EPPS (Etat Public Paris Saclay) avec principalement 4 pôles d’expérimentation complémentaires : campus de Saclay, campus de Satory, pôle gare de Saint Quentin en Yvelines-Montigny le Bretonneux et pôle gare de Massy TGV.
    http://transportsdufutur.typepad.fr/les_transports_du_futur_l/sysmo-2015-syst%C3%A8me-de-mobilit%C3%A9-2015.html

Répondre à fducrot Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s